Les enfants s’engagent pour l’écologie

Si le covoiturage est une solution pratique et économique, c’est aussi une alternative écologique : de quoi ravir les parents soucieux de l’environnement. Cependant, cette prise de conscience quant à la préservation de notre belle planète ne se limite pas aux adultes. Les plus petits sont également de plus en plus sensibilisés à cette cause et commencent à se mobiliser pour celle-ci de plus en plus tôt.

Par Sophie RONCETTO

L’écologie au coeur du système éducatif

De nombreuses écoles deviennent de plus en plus vertes et s’adaptent à ces nouveaux enjeux, que ce soit en termes de végétalisation, de menus dans les restaurants scolaires… Mais elles sont également de plus en plus nombreuses à sensibiliser les élèves sur ces thématiques. Ils découvriront alors, par exemple, l’importance des énergies renouvelables, apprendront à trier les déchets et lutteront contre le gaspillage alimentaire. Un prix école-verte 2030 est d’ores et déjà lancé afin de soutenir les projets les plus prometteurs menés par les établissements. Il est aussi intéressant de rappeler que 4500 d’entre eux possèdent désormais le label “école en démarche globale de développement durable (E3D)”. Enfin, le programme éco-école, lancé en France en 2005 et présent dans le monde entier, apporte aux établissements membres un accompagnement pour travailler concrètement avec les enfants sur des thématiques clés comme l’alimentation, l’énergie, la santé ou encore la biodiversité.

Parfois les choses vont encore plus loin et les élèves deviennent de véritables acteurs œuvrant pour la cause environnementale. Au collège et au lycée plus particulièrement, de nombreuses vagues de grèves ont eu lieu un peu partout dans le monde, suivant l’initiative lancée par Greta Thundberg.

Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a alors dévoilé à la rentrée 2019, 8 mesures pour l’éducation au développement durable, avec l’objectif de renforcer l’engagement des adolescents quant aux enjeux climatiques et écologiques. Parmi ces mesures nous retrouvons par exemple l’instauration de projets (construction de potagers, de nichoirs…), l’élection d’un éco-délégué de classe ayant le devoir de sensibiliser ses camarades et de proposer des projets, des élus lycéens intégrés aux comités de pilotage académiques de l’éducation au développement durable… Les programmes scolaires ont, en outre, subi quelques modifications. En cours de SVT notamment, une plus large partie du cours sera dédiée au climat ou encore aux enjeux auxquels l’humanité devra bientôt faire face.

Le Conseil d’arrondissement des enfants

Si le système éducatif permet d’éveiller les consciences, l’engagement de nos enfants ne s’arrête pas une fois la grille de l’école dépassée. A Lyon par exemple, le Conseil d’arrondissement des Enfants (CAE) du 1er arrondissement a accueilli en décembre 2020 la promotion Greta Thundberg. Ce groupe composé de 40 enfants en classe de CM1 et CM2 succède alors à la promotion Marthin Luther King et Anne Frank. Élus pour 2 ans par leurs camarades de classe, ils travaillent sur les thèmes “solidarité et écologie”. Pour ce faire, ils se réunissent une fois par mois en groupe de travail pour débattre de propositions et mettre en place des projets qui peuvent aller de la piétonisation à l’aide aux personnes en difficulté, en passant par le compost. La démarche de la promotion est encadrée par l’association Les Francas qui propose une aide au développement de projets d’éducation dans le domaine de l’écologie mais pas uniquement, ainsi que de Fatima Berrached, adjointe à l’Éducation de l’arrondissement.